COMMUNAUX

COMMUNAUX

COMMUNAUX

Dans la communauté rurale telle qu’elle exista en Occident du IXe au XVIIIe siècle au moins, les communaux représentaient cette partie du territoire d’un village qui, n’étant pas l’objet d’actes (formels ou non) de propriété privée (même limitée), était de ce fait réputée commune à tous les habitants. Il s’agissait en général de chemins, des fossés et des haies qui les bordent, de bois et de landes plus ou moins étendus, parfois de la rivière, voire, très rarement, d’un étang. Ordinairement, des communaux servaient à l’entretien des bestiaux des villageois, à la fourniture de petit bois de chauffage, etc. Les revenus assurés par les terres boisées étaient pour une communauté un bel avantage: ils permettaient par exemple aux habitants de faire entièrement restaurer l’église paroissiale sans bourse délier. Au demeurant, dans l’équilibre toujours précaire qui existait entre cheptel et céréales, les communaux, joints aux usages communautaires (droit de vaine pâture par exemple), jouaient un rôle non négligeable. Ils permettaient de plus aux paysans les plus démunis de posséder au moins une vache ou une brebis, c’est-à-dire de quoi ajouter quelques laitages à une nourriture fondée sur le prédominance des préparations céréalières.

Cependant, le seigneur, «premier habitant» de la communauté, possédait juridiquement un droit éminent sur la totalité de son territoire, surtout dans les régions où seigneurie et communauté villageoise tendaient à correspondre territorialement. Quand, au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, avec l’essor des manufactures lainières et, plus généralement, après 1750, avec la diffusion des théories physiocratiques, il devint évident que l’investissement dans l’agriculture (dans les ovins, notamment) était de bon rapport, les seigneurs les plus avisés s’ingénièrent à faire établir par les cours souveraines que les communaux étaient composés de deux sortes de fonds: une part présumée seigneuriale, équivalant au tiers, et le reste, réputé communal. Comme la confusion des deux parts était réputée due à la seule et précaire générosité seigneuriale, le droit de récupération du seigneur (le droit de «triage») était imprescriptible. Il s’ensuivit de confuses mêlées juridiques entre seigneurs et communautés. En général, les seigneurs gagnaient, mais au terme de combats qui en disaient long sur l’importance de l’enjeu.

En France, avec la chute de l’Ancien Régime, les communes créées en 1790 héritèrent des communaux, sans avoir désormais à craindre aucun «triage». Toutefois, les municipalités se trouvant entre les mains des familles paysannes les plus considérables, celles-ci, en maint lieu, n’eurent rien de plus pressé que de mettre aux enchères (et d’acheter ensuite...) les biens communs, qui se réduisent parfois aujourd’hui aux chemins communaux. Le cas ne fut toutefois pas général, et près du quart des forêts françaises appartient actuellement aux communes, notamment dans l’Est.

communal, communale, communaux adjectif (latin communalis) Qui appartient à la commune, qui la concerne : École communale.communal, communale, communaux (expressions) adjectif (latin communalis) Biens communaux ou communaux (nom masculin pluriel), biens composés essentiellement de forêts, de pâtures, de terres incultes, laissés à la jouissance d'une communauté d'habitants et soumis à un régime d'indivision perpétuelle. Conseil communal, en Belgique, conseil municipal. Maison communale, en Belgique, mairie. ● communal, communale, communaux (synonymes) adjectif (latin communalis) Qui appartient à la commune , qui la concerne
Synonymes :

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • communaux — COMMUNAUX. s. m. pl. Pâturages où les habitans d un ou plusieurs Villages ont droit d envoyer leurs troupeaux. Les communaux d un tel Bourg, d un tel Village …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Communaux — Biens communaux Les biens communaux, terrains communaux, prés communaux, ou communaux tout court, sont, sous l Ancien Régime, les biens fonciers, le plus souvent forêts et pâturages, que les habitants d une localité exploitent en commun. C est… …   Wikipédia en Français

  • COMMUNAUX — s. m. pl. Pâturages où les habitants d une ou de plusieurs communes ont droit d envoyer leurs troupeaux. Les communaux de tel bourg, de tel village. On dit aussi, Biens communaux …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • communaux — (ko mu nô) s. m. pl. Voy. communal …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Communaux créatifs — Creative Commons Pour les articles homonymes, voir Creative. Le Creative Commons (CC) est une organisation à but non lucratif consacrée à épandre le champ de travaux créatif pour les autres, afin de construire dans la légalité et le partage.… …   Wikipédia en Français

  • Biens Communaux — Les biens communaux, terrains communaux, prés communaux, ou communaux tout court, sont, sous l Ancien Régime, les biens fonciers, le plus souvent forêts et pâturages, que les habitants d une localité exploitent en commun. C est une forme de… …   Wikipédia en Français

  • Prés communaux — Biens communaux Les biens communaux, terrains communaux, prés communaux, ou communaux tout court, sont, sous l Ancien Régime, les biens fonciers, le plus souvent forêts et pâturages, que les habitants d une localité exploitent en commun. C est… …   Wikipédia en Français

  • Biens communaux — Les biens communaux, terrains communaux, prés communaux, ou communaux tout court, sont les biens fonciers, le plus souvent forêts et pâturages, que les habitants d une localité exploitent en commun. C est une forme de copropriété. Divers droits y …   Wikipédia en Français

  • Centres communaux d'action sociale — Centre communal d action sociale Pour les articles homonymes, voir CCAS. En France, un Centre communal d action sociale (CCAS) est un établissement public communal intervenant principalement dans trois domaines : l aide sociale légale qui,… …   Wikipédia en Français

  • Interets Communaux — Intérêts communaux Pour les articles homonymes, voir IC. Les Intérêts Communaux (IC) est un parti politique communal. C est une coalition communale de candidats des partis traditionnels et/ou indépendants propre à une commune. C est une étiquette …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.